L’art contemporain arrive à Marrakech

La culture, sous une acception sociologique, se présente comme l’ensemble des éléments caractéristiques d’un groupe humain. Éléments permettant de l’identifier et de l’individualiser des autres communautés humanoïdes. En d’autres termes, c’est l’âme d’un peuple. Cette âme, le Maroc a voulu la présenter au public à travers la troisième édition du salon national d’art contemporain organisée dans la ville de Marrakech sous l’égide de l’association nationale des arts plastiques. Le thème choisi à cette occasion, « le Maroc Créatif », est d’ailleurs lourd de significations à ce propos.


Au crépuscule de cette grande foire culturelle, une évidence est à relever : l’art marocain est à mi-chemin entre la pluralité et l’ébullition. Pluralité tout d’abord parce qu’il est d’une essence multidimensionnelle de par ses origines. Ébullition ensuite du fait de sa maturation, elle-même relative aux dynamismes sociaux ambiants. En effet, les évènements propres aux civilisations environnantes ont des répercutions sur l’art marocain et lui imposent des adaptations conséquentes. Les expositions particulièrement enivrantes auxquelles ce gala a donné lieu, rendent compte de ces deux lapalissades avec une étonnante clarté.

Au travers de ce salon, c’est toute la création artistique marocaine qui est saluée dans une clameur retentissante, donnant ainsi la possibilité aussi bien aux marrakchis qu’aux touristes nationaux et internationaux, de se délecter des richesses de cette parade culturelle paraissant sous leurs regards. L’un des traits les plus saillants de cette halle est la mise à nu de « l’art de vivre marocain », pays réputé paisible, qui transparait allègrement sous le visage des œuvres d’art en présence.

Ce festival est aussi un moyen sans pareil, de mettre le génie créateur des jeunes artistes marocains au devant de la scène. Ceux-là même qui, en temps normal, peinent à faire valoir les merveilles de leurs talents auprès d’un public large et issu de tous les horizons. Le droit de cité n’est toutefois pas accordé à n’importe quel produit artistique du seul fait de sa nouveauté. Une commission de sélection veille rigoureusement à leur écrémage de manière à ce que seuls les plus pertinents soient à même de jouir d’une grande audience. Avito est l’un des nombreux sites d’annonces locales en ligne qui en fait d’ailleurs étalage sur la toile marocaine. On peut trouver des offres intéressantes d’oeuvres artistiques marocaines .

La mouvance culturelle qui débuta le 27 décembre 2014 n’a duré que neuf jours, mais l’institut du monde arabe en abrégé IMA, a décidé de la perpétuer, hissant ainsi les valeurs constitutives de l’âme du Maroc au milieu de la lumière de tous les lampadaires jusqu’à la fin du mois de mars 2015.